3. Aborder pour la première fois

L’échauffement c’est bien, mais il reste limité… En effet, tu ne pourras pas récupérer un numéro suite à cet exercice. Ton approche n’est pas sincère, tu t’inventes une vie, ce n’est pas vraiment une bonne base pour débuter une relation.

On va donc voir ensemble une méthode permettant d’obtenir un numéro : l’approche contextuelle.

C’est une approche très commune dans le monde de la séduction, il s’agit d’utiliser le contexte comme prétexte pour aborder. On peut donc l’utiliser partout, peu importe la situation. On va se concentrer sur un endroit précis : la librairie.

Pourquoi cet endroit ? Parce que j’y ai fait personnellement ma première fois ! Après plusieurs semaines d’hésitation pour aborder dans la rue, j’ai compris que c’était trop dur pour moi. Je me suis donc rabattu sur une action à ma portée : demander conseil dans une librairie. J’ai finalement réussi à le faire, à moitié en sueur et en tremblant de peur. Je ne me souviens plus exactement de ma phrase d’approche, mais c’était une très jolie blonde. Par contre, je me rappelle bien à quel point j’étais mal à l’aise pour l’aborder. J’ai dû m’y reprendre à deux fois pour qu’elle me comprenne. Pas de chance, elle était aussi très timide. La conversation n’a pas duré très longtemps.

Malgré tout, j’étais fier de moi ! J’avais rempli mon objectif : passer à l’action.

Tout est question de mentalité : je me concentre sur ma progression. Réussir à aborder, c’était un grand pas pour moi. Je t’invite à faire de même : pour cet exercice, ton but est seulement d’engager la discussion. Si tu arrives à discuter avec la fille, tant mieux. Si tu as le numéro, félicitations !

L’an dernier j’avais essayé de reproduire ma « première fois » en me mettant face à une situation stressante. C’est loin d’être une interaction à mon avantage, mais elle est plutôt réaliste.

L’exercice c’est quoi concrètement ?

Tu vas engager la discussion avec une fille en lui demandant un conseil. Par exemple :

« Salut, toi aussi tu cherches un livre pour cet été ? »

« Salut, je suis à la recherche d’un cadeau pour ma mère, t’aurais pas une idée à me proposer ? » (c’était mon approche de souvenir)

« Salut, je galère à trouver une idée de lecture. T’aurais pas un truc à me proposer ? »

Ça marche aussi au rayon des DVD, des CD & co. Si tu as une Fnac près de chez toi, c’est l’environnement idéal pour s’entraîner ! Tu fais ton approche à un étage, tu obtiens ton interaction, puis tu changes de rayon.

En fonction de ta confiance en soi, tu peux :

  1. Demander conseil à un vendeur (classique mais aussi intimidant pour moi à cette époque)
  2. Demander conseil à un mec qui semble sympa
  3. Demander conseil à une fille banale
  4. Demander conseil à une jolie fille (ouais j’ai grillé les étapes, j’en avais marre des regrets)

Si tu veux augmenter la difficulté, tu peux aussi faire une remarque vis-à-vis de la situation. Ça demande plus de courage car il faut savoir improviser (mais c’est très efficace). Par exemple :

« Oh bah, tu lis encore des BD à ton âge ?! » (sur le ton de l’humour)

« Ah ce livre c’est mon préféré, je te le conseille vivement »

« Toi aussi tu galères à choisir un film à ce que je vois ! »

Tu peux bien sûr continuer cet exercice dans ton quotidien, en fonction des situations que tu rencontres. Je me souviens qu’après avoir abordé la fille dans la librairie, j’en avais abordé deux autres dans le tram. Elles étaient en train de se demander si on pouvait transpirer ou non dans l’eau (certes…). Je suis simplement intervenu pour leur faire part de mon opinion. Ça peut paraître bête, mais ce genre d’approche permet totalement de déboucher sur la prise d’un numéro.