7. Les regrets

Un petit paragraphe pour vous aider à vous bouger, où je vous explique que ne pas aborder peut être plus « douloureux » que d’oser aborder et se faire rejeter (même si on a vu qu’au final se faire rejeter n’était PAS douloureux). Je pars quand même du principe que vous associez toujours le fait d’être rejeté à une situation désagréable.

Reprenons, vous voyez une fille passer.

Cas 1 : vous restez sur place, situation « confortable » (vous êtes relax), aucune interaction
Cas 2 : vous allez aborder, situation « inconfortable » (stress, peur etc.), interaction

Pourquoi aller chercher l’inconfort quand on peut rester tranquillement sur place ?

Tout simplement parce que sur le long terme la tendance s’inverse :

Dans le cas 1 : une fois que la fille sera passée on va regretter d’avoir loupé une occasion pareille. On a certes évité une situation stressante, mais « l’inconfort » viendra par la suite avec ces fameux regrets. Je parle bien sûr ici d’une fille vraiment jolie.

Dans le cas 2 : ok aborder sans être très confiant c’est plutôt désagréable, ou du moins au début. On stresse, on a peur de ne pas savoir quoi dire, de se faire rejeter etc. MAIS, si la fille nous refoule : on peut se dire qu’au moins on a tenté le coup. On a aucun regret. De plus on a réellement progressé, on abordera mieux la prochaine. On est clairement dans une situation de « confort ». Si la fille nous donne son numéro et bien là encore situation de « confort », le sentiment d’avoir réussi et peut être une suite possible avec cette jolie fille.

Ne pas se bouger = confort sur le court terme, inconfort sur le long terme

Oser aborder = inconfort sur le court terme (moins que prévu !), confort sur le long terme

Du moins pour moi c’est ce qui m’arrive. On regrette quelques jours tout au plus ok c’est pas la mort non plus… Mais franchement c’est plutôt désagréable. Bien plus en tout cas que de stresser pendant 5 minutes, pour parfois se rendre compte qu’une fois la première phrase dite on prend rapidement confiance et qu’on arrive à gérer. Vous allez vivre ces regrets par vous-même.

Personnellement avant de me bouger j’ai subi ces regrets pendant pas mal d’années (je me bougeais pas tout court sur tous les plans avec les filles), maintenant je me sers de cette « douleur » pour avancer. D’un autre côté quand on agit, on est fier de soi, on progresse etc. On associe beaucoup de positif au fait de se bouger et ça nous motive encore plus pour continuer notre avancée.

Au passage, il peut y avoir d’autres sentiments négatifs sur le long terme : sentiment d’être seul, manque d’affection et ainsi de suite. Bref tout ce que vous avez peut-être écrit dans la partie concernant les objectifs. Le plus douloureux reste vraiment de ne pas agir.