3. Savoir écouter et rebondir

C’est bien beau les questions, mais y’a mieux. Dans le cas où la fille n’est pas très bavarde en face, poser trop de questions donne vite un style « interrogatoire » à l’interaction.

Vous allez donc faire des phrases affirmatives !

« Tu es originaire de Chine ? » => « Je suis sûr que t’es chinoise toi »

« Tu fais du sport ? » => « Vu ta tenue tu m’as l’air d’une sportive ! »

« Du coup tu manges quoi ? » => « Ah ouais en fait toi à chaque repas tu manges du soja avec du tofu » (imaginons qu’on parle à une végétarienne qui nous dit qu’elle ne mange pas comme tout le monde).

Chaque question peut être tournée en une phrase affirmative ! Vous pouvez vous entraînez chez vous à le faire.

Faire ce genre de phrase permet d’éviter le côté interrogatoire et rajoute de la fluidité à la conversation.

On peut aussi utiliser ce type de phrase pour faire parler l’autre :

« Je suis en fac de droit » « Ah ouais en fait t’es le genre de fille à passer tous tes soirs à apprendre des bouquins entiers par cœur » Par la suite elle pourra vous répondre qu’elle fait autre chose de ses soirées (quoi, encore un sujet), ou bien qu’en fac de droit ça se passe pas forcément comme ça. Y’a un petit côté provocateur dans ma phrase qui va l’inciter à répliquer.

Bref c’est un petit truc qui est toujours sympa à employer quand on parle.

Sinon l’écoute dans tout ça ? Écouter c’est très important.

Quand vous allez discuter avec la fille, on se retrouve souvent à faire la chose suivante :

– On dit une phrase

– Sans même avoir entendu la réponse on stresse en se demandant ce qu’on va pouvoir dire juste après

– On n’écoute pas vraiment sa réponse

– On balance la phrase à laquelle on a pensé pendant qu’elle nous répondait

C’est vraiment ce qu’il ne faut PAS faire ! Je l’ai souvent fait quand je stressais et ce n’est d’aucune aide pour avoir une bonne conversation…

Voici le schéma de base qu’il faut suivre :

–      Je dis une phrase (question ou affirmation ou anecdote etc..) ;

  • J’ÉCOUTE sa réponse ;
  • En fonction de sa réponse, je REBONDIS dessus.

C’est vraiment basique de chez basique.

Vous analysez la réponse de la fille, il y aura toujours un ou plusieurs sujets de discussion possibles. Elle va vous tendre assez rapidement des perches de façon inconsciente ou consciente de sujet dont elle a envie de parler.

Par exemple : « Tu comptes faire quoi du reste de tes vacances ? » « Oh ce mois-ci je travaille mais la semaine derrière j’étais en Australie c’était super ! »

Vous choisissez quoi comme sujet (travail/voyage) ? L’Australie bien sûr. On lui demande ce qu’elle va faire dans le futur (le reste de ses vacances) et elle nous parle de son passé. Ça paraît tout bête comme détail mais elle n’avait pas besoin d’exposer son voyage pour répondre à notre question. Elle l’a exposé parce qu’elle a envie d’en parler.

Ce genre de truc arrive plutôt en milieu de conversation, au début avec la timidité ou le fait qu’elle ne vous connaît que depuis 30 secondes elle va éviter les phrases longues.

Ce qu’il ne faut PAS faire dans ce cas : « Oh l’Australie c’est cool. Moi j’étais en Angleterre blabla ». Elle vous parle de son voyage et qu’est-ce que vous faites ? Vous ne rebondissez pas vraiment dessus là, vous trouvez juste un prétexte pour parler de VOS vacances. Remarquez que cette situation arrive très souvent au quotidien, j’entends souvent des conversations où chacun parle de soi sans réellement écouter l’autre. Savoir bien écouter c’est vraiment une qualité de nos jours, je m’égare un peu revenons au sujet (mais je vous invite à vous renseigner sur l’écoute active).

Je vous ai dit en début de chapitre qu’on aura probablement à parler plus que la fille et c’est bien le cas. Par contre, je ne vous ai pas dit qu’il fallait pour autant ne pas inciter l’autre à parler !

Donc quand la fille commence à nous tendre des perches comme celle-ci, on l’exploite. C’est pas bien compliqué : « Oh l’Australie, dis-moi en plus » (elle a envie d’en parler donc une question vague de genre passera) ; « Qu’est-ce que t’as fait là-bas ? » et ainsi de suite.

Intéressez-vous sincèrement à chaque réponse. Faite lui parler le plus possible de ce qui la concerne si elle vous encourage à le faire. On peut être très intéressant sans dire un mot sur nous. Oui, je le répète : on peut être considéré comme une personne intéressante sans avoir dit un mot à notre sujet.

Pour finir vite fait sur ce qui pourrait se passer si vous n’écoutez pas :

« J’étais en Australie blabla… »

« Et tu fais quoi comme études ? »

C’est bizarre non ? ! Et pourtant ça arrive souvent ce genre de situation. On pose une question et on n’écoute même pas la réponse, au final on s’en fou de sa réponse. Comme dit à mes débuts ça m’arrivait quand je réfléchissais trop, quand je voulais tout gérer à l’avance.

Faut se faire confiance, écouter puis réagir en fonction.