III. Témoignage

Vous savez maintenant comment agir pour vaincre votre timidité et dans quel état d’esprit le faire. Voici maintenant une petite partie « Témoignage », en espérant qu’elle vous apportera une aide supplémentaire.

1. Mon passé

Comme la plupart d’entre vous, ma timidité a débuté à mon plus jeune âge. Arrivé au collège je suis devenu asocial sans trop comprendre pourquoi. Je me suis replié sur moi-même et les jeux vidéo. Du coup j’ai passé l’intégralité de mes années au collège sans jamais sortir parce que je passais mes journées sur le PC à jouer. Le weekend ça pouvait monter jusqu’à 16h par jour ! Par contre derrière j’avais des notes un minimum correct et quelques potes en cours. Je parlais bien sûr de jeux vidéo avec mes amis.

Niveau timidité : quand j’étais en sixième ma mère m’a demandé de chercher un paquet de sucre chez ma voisine. Je n’y suis pas allé car j’avais trop peur de le faire ! J’ai vraiment insisté pour ne pas le faire et ma mère voulait m’amener chez un psy à la suite de cette histoire…

En 5ème j’avais peur de parler aux filles de ma classe. Je parlais déjà à très peu de mec alors les filles… Juste parler hein, communiquer, dire bonjour. Des bases quoi, je parle même pas de draguer.

A la même époque, peur de rentrer dans une boulangerie acheter une baguette de pain. J’ai quand même dû le faire pour éviter que ma mère me pique une crise (le fait que je l’aide pas etc…). Pareil au Super U, dire bonjour à la caissière (même une vieille de 50 ans), c’était compliqué.

En 3ème j’ai dû faire un stage et je suis tombé chez General Motors. Mon tuteur venait me chercher tous les matins, y’avait genre 20min de trajet. Je disais juste RIEN dans la voiture. Du moins je mettais un terme le plus rapidement à la conversation, à l’aide de réponses simples : « Oui » « Non » « Hum ». Il avait demandé à ma mère si j’avais un problème contre lui… J’avais un certain don pour créer un malaise avec les inconnus…

J’étais donc au plus bas niveau relation social durant tout le collège.

Une fois au Lycée, j’ai pris la résolution de devenir quelqu’un de plus social. Mon but était d’être comme tout le monde. Bah ouais parce que j’étais vraiment pas normal ! Le déclic a eu lieu grâce aux filles : « La fille là bas me plait, comment est-ce qu’il pourrait se passer un truc avec elle ? ». Je me suis vite rendu compte que j’étais loin d’avoir les compétences nécessaires pour gérer une interaction avec une fille. A ce moment-là j’ai compris que je ne pourrais pas vivre indéfiniment en étant asocial.

Du coup au Lycée j’ai combattu mon asociabilité. Oui je parle bien de mon côté asocial, mon combat contre la timidité n’intervient qu’après, on y arrive vous inquiétez pas.

Pour être bref : j’ai commencé à parler aux gens de ma classe, de faire des efforts pour avoir un minimum de discussion en présence d’adultes. En gros me forcer à être sociable et affronter quelques-unes de mes peurs (genre passer devant le tableau). Ce tutoriel traite de la timidité, je vous passe les détails.

Je pense que je suis devenu légèrement moins timide en passant de l’individu asocial à sociable. Fallait bien parler aux gens et ça peut être le genre de peurs auxquelles un timide doit faire face.

Qu’on soit bien clairs, quand je dis sociable c’est être en mesure de communiquer avec un inconnu. Parler aux gens sans paraître bizarre. Vraiment la base, pas forcément faire pote rapidement avec quelqu’un, être celui qui mène la discussion dans un groupe etc…

Vers la fin de la Terminale j’ai pu expérimenter ce que c’était de faire une soirée. Parce que oui, jusque-là je ne sortais jamais de chez moi en dehors des cours. Même pas pour voir mes potes ou alors c’était très rare.

En soirée j’ai découvert l’alcool… Cette fabuleuse boisson transformait le timide que j’étais en quelqu’un de confiant ! Certes en étant bourré je faisais un peu de la merde mais j’arrivais quand même à aller parler à des jolies filles sans perdre mes moyens ! Niveau drague c’était loin d’être fabuleux je vous rassure.

Le truc c’est que j’ai pu gouter à cet état de confiance en soi. A chaque soirée je buvais simplement pour me mettre saoul et connaitre ce fameuse sensation tellement agréable. Du haut de mes 55kg il me fallait très peu de vodka pour être rapidement bien !

Problème : agir en étant alcoolisé ne me rendait pas plus confiant au quotidien. J’étais toujours autant timide dans la vie de tous les jours… (boire n’est pas une solution en soi)

Le Lycée m’a donc permis de comprendre ce que c’était d’être social. J’ai vraiment découvert la « vie en société ». Celle-ci ma aussi permis de découvrir deux choses : les filles et la confiance en soi (à travers l’alcool).